Une aire de stationnement s’impose

Publié le par Ashir

Située à 25 km à l’est de Bouira, la commune d’Ath Leqser, comparativement aux régions avoisinantes est la seule, à vrai dire, en possession d’un nombre important de bus et de fourgons assurant sa desserte.
Malheureusement, l’inexistence d’une station a fait que les transporteurs se sont accaparés à cet effet, d’un espace au centre du chef-lieu dont le mouvement trépidant des voyageurs vient s’allier à l’éternel capharnüm de la place publique. En effet, cet emplacement situé tout près du siège de l’APC, attenant d’un côté à la place publique, et de l’autre au chemin wilayal 24
constitue, en outre, un passage obligé à tous les usagers voulant s’engager sur le chemin précité, et inversement, pour ceux désirant déboucher sur le centre du chef-lieu.
Et eu égard à la concentration des activités commerciales et administratives d’alentours, cet endroit ne cesse d’attirer au quotidien une foultitude de gens et de flux de véhicules de toutes les directions.
L’inconvenance de ce lieu, l’état de son exiguïté renvoient souvent les transporteurs à stationner dans une sorte de méli-mélo allant jusqu’à l’obstruction du chemin CW24 et l’encombrement du tronçon de route menant au dispensaire, lequel reste alors inaccessible pour les citoyens et les malades s’y rendant pour leurs soins.
Parfois, le mouvement tentaculaire de la place publique mâtiné aux incessants va-et-vient des citoyens sollicitant les services administratifs de l’APC font de cet espace une sorte de foire que d’aucuns ont du mal à traverser. Pis encore, cet emplacement devient à chaque jour du marché hebdomadaire un enfer où la plupart des voyageurs sont soumis à un véritable calvaire et les transporteurs voués à de brèves altercations entre eux et d’autres usagers, compte-tenu d’interminables bouchons sur ce point.
Ce qui relève manifestement d’une desserte désordonnée, confirme le non-respect des horaires de pointe et des normes les plus élémentaires prédéterminées par la réglementation prévue par la direction des transports.
Compte tenu de ce cafouillis nourri par tous ces paramètre anarchiques, les autorités locales doivent prendre en considération l’aménagement d’une aire de stationnement hors de cet endroit pour pouvoir enfin mettre un terme à cet imbroglio qui n’a que trop duré.

R. Debakhe . article paru dans la depêche de kabylie en date du  17/12/2008

 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article